Le produit

PRESENTATION

Histoire

   La caféine a été découverte en 1819 par le chimiste allemand Friedrich Ferdinand Runge. Il la nomma « kaffein » en tant que composé chimique du café, qui en français devint « caféine ».

   La caféine est présente dans les graines, les feuilles et les fruits de différentes plantes où elle agit comme insecticide naturel, paralysant ou tuant les insectes qui s'en nourrissent. Elle est le plus couramment consommée sous forme d'infusions de la graine du caféier, de même que dans plusieurs aliments et boissons contenant des produits dérivés de la noix de Kola.

 

Propriétés

   La caféine C8H10N4O2 est une molécule constituée des atomes de carbone (environ 49,5%), d’hydrogène (environ 5,2%), d’azote (environ 28,8%) et d’oxygène (environ 16,5%).

   Une tasse normale de café contient de 100 à 200 mg de caféine. Des pilules stimulantes peuvent en contenir jusqu'à 200 mg chacune.

   Dans sa forme pure, elle consiste en une poudre blanche d'un goût extrêmement amer. Elle est bien connue pour ses propriétés de stimulant du système nerveux central et du système cardio-vasculaire.

 

molecule-cafeine-1.jpg

TRAJET DANS LE CERVEAU ET EFFETS POSITIFS

   L’effet stimulant de la caféine lui vient en grande partie de son action sur nos récepteurs membranaires à l’adénosine. L’adénosine possède des récepteurs spécifiques. Quand l’adénosine se fixe sur ses récepteurs, l’activité nerveuse ralentit et nous devenons somnolents. L’adénosine facilite donc le sommeil et dilate aussi les vaisseaux sanguins, probablement pour assurer une bonne oxygénation lorsque nous dormons. Or, la caféine est un antagoniste des récepteurs à l'adénosine. Cela veut dire qu’elle se fixe sur les mêmes récepteurs, mais sans réduire l’activité neuronale. Il y a donc moins de récepteurs de disponibles pour le frein naturel qu’est l’adénosine, ce qui mène à une activation des neurones. La caféine entre en concurrence dans le corps avec l’adénosine, entraînant un dérèglement du sommeil profond réparateur. L’activation de plusieurs circuits neuronaux par la caféine va aussi amener l’hypophyse à relâcher des hormones qui vont faire produire davantage d’adrénaline aux glandes surrénales. L’adrénaline étant l’hormone de la fuite ou de la lutte, elle va augmenter notre niveau d’attention et donner un pic d’énergie à tout notre organisme. De plus, la caféine augmente le niveau de dopamine de la même manière que les amphetamines. La dopamine est un neuro-transmetteur qui active le centre du plaisir dans certaines parties du cerveau. Bien évidemment les effets de la caféine sont beaucoup moins importants que ceux de drogues plus fortes comme l’héroïne.

La caféine, victime de nombreux reproches, présente pourtant des effets positifs sur la santé non négligeables.

Au niveau des poumons

Une dilatation des bronches est observée chez des individus consommant jusqu’à 4 tasses de café par jour.

Au niveau du cerveau

A dose faible à modérée (jusqu’à 4 tasses de café/jour) : la caféine contracte les vaisseaux sanguins, d'où ses propriétés d'anti-migraineux. Elle stimule également le travail intellectuel, favorise l'éveil et stimule la vigilance mais provoque des effets contraires au niveau de la coordination musculaire. De plus, associée à certaines molécules comme le paracétamol ou l’aspirine, elle permet de faire diminuer la sensation de douleur.

Au niveau de l'appareil digestif

A dose faible à modérée(jusqu’à 4 tasses de café/jour), la caféine facilite la digestion en stimulant la sécrétion de la salive, la sécrétion de bile par vésicule biliaire, la sécrétion de suc pancréatique et la sécrétion acide de l'estomac (suc gastrique).

De nombreuses études démontreraient également les bienfaits de la consommation de caféine, tels qu'une diminution du risque de contracter la maladie de parkinson, une amélioration de la vigilance (surtout nocturne), de la coordination de mouvements simples, de la rapidité de l'accès aux connaissances mémorisées et de l'endurance. En effet, en cas d'exercice musculaire, la caféine favoriserait l'utilisation des acides gras, ce qui permettrait d'économiser les réserves musculaires de glycogène, et donc de ralentir l'apparition de la fatigue.

coeur-cafe-2.jpg

EXEMPLE D'ETUDE

coffee-1.jpgLa caféine, efficace contre certains cancers de la peau

Selon une étude américaine publiée en août 2011 , la caféine aurait des vertus contre certains cancers de la peau. Elle ralentirait le développement des cellules de la peau endommagées par les rayons ultraviolets du soleil.

Si de précédentes recherches avaient déjà identifié le rôle bénéfique de la caféine sur certaines tumeurs, jusqu'ici cet effet restait assez mystérieux. Mais, des chercheurs de l'université de Washington à Seattle ont décidé de se pencher à nouveau sur le mécanisme protecteur de la molécule du café. Ils ont alors confirmé l'effet bénéfique de la caféine et sont parvenus à comprendre comment celle-ci intervenait.

Pour cela, ils ont modifié génétiquement des souris pour réduire dans leur peau la présence d'une protéine particulière, l'ATR. Une molécule déjà identifiée comme intervenant dans le mécanisme de la caféine. Ils ont alors exposé ces animaux ainsi que d'autres souris normales à des rayons ultraviolets. Au final, ils ont constaté que les rongeurs modifiés développaient des tumeurs de la peau trois semaines plus tard que les autres sujets.

Après 19 semaines d'exposition aux UV, ceux-ci avaient 69% de tumeurs en moins, et quatre fois moins de cancers agressifs que les souris normales, ont précisé les chercheurs dont les travaux sont publiés dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS). Et ce n'est qu'après 34 semaines que les rongeurs modifiés ont véritablement souffert d'un endommagement des cellules de la peau causé par l'irradiation.

ATR, protéine clé du mécanisme

Au vu des résultats, la baisse de la protéine ATR chez les souris modifiées aurait donc bien permis de ralentir le développement des tumeurs. Une conclusion qui confirme l'implication de cette molécule qui intervient dans la multiplication des cellules cancéreuses. En fait, la caféine neutraliserait la protéine, durant le stade pré-cancéreux, causant ainsi une destruction cellulaire progressive avant que la tumeur ne se développe totalement, ont souligné les chercheurs. Si cette découverte apporte donc de nouveaux éléments sur les propriétés de la caféine, il faudra néanmoins davantage d'études pour envisager une réelle utilisation de la molécule en prévention de ces cancers de la peau.

Gardant la même idée, une équipe de scientifiques de l’école de médecine d’Harvard a montré que l’ajout de caféine à une crème solaire augmentait la protection contre la forme de cancer de la peau la plus commune.

Des tests conduits sur des souris ont montré qu'une protection incluant de la caféine réduisait en partie les risques liés soleil-1.jpgà l’exposition au soleil. Les chercheurs seraient désormais capables de démontrer l'efficacité de cette substance pour les humains, puisque la caféine éliminerait les cellules endommagées par les rayons UV du soleil, sources de cancer de la peau. Les auteurs de l’étude concluent que l’ajout de caféine dans une crème solaire ou après-solaire pourrait minimiser, voire inverser, les effets des dommages des rayons UV sur la peau. En France, 80 000 à 90 000 nouveaux cas de cancers de la peau sont diagnostiqués chaque année. 90 % de ces cancers ne sont pas de type mélanome. Le mélanome est un cancer de la peau plus agressif, donc plus potentiellement mortel. 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site